Des Québécois veulent déménager aux États-Unis pour éviter les mesures sanitaires

Ils sont vaccinés et prudents, mais tannés des mesures de François Legault.

Ayoye

Adéquatement vaccinés et respectueux des mesures sanitaires, de plus en plus de Québécois semblent exaspérés des mesures de confinement et de couvre-feu instaurées par le gouvernement de François Legault. Si bien que bon nombre d'entre eux se tournent vers nos voisins du sud avec pour projet d'y déménager de façon permanente, rapporte Radio-Canada

C'est le cas d'Élodie Leslie, qui a déménagé en Floride avec son conjoint et leurs quatre enfants il y a quelques semaines. La dame de 31 ans ne compte pas revenir prochainement au Québec. 

« On a décidé de partir juste avant Noël quand on a vu que les mesures allaient se resserrer », explique-t-elle à la chaîne publique. Rappelons qu'en Floride, il n'y a ni couvre-feu ni passeport vaccinal et les grands rassemblements à l'extérieur sont permis. 

« Mon chum étant un sportif, mes beaux-fils aussi, mes enfants ont besoin de bouger, c'est sûr que de se retrouver à la maison sans tout ça, c'est quelque chose qui nous faisait peur. C'est quelque chose qu'on n'avait pas le goût de vivre une autre fois. Honnêtement, le moral n'y était pas », a-t-elle expliqué. 

« Ayant un jeune qui joue au football [...] qui a été approché par des écoles, ici en Floride, mais aussi au Minnesota, c'est sûr qu'on va en profiter de ces six mois-là pour voir pour notre plus vieux c'est quoi les possibilités au niveau de son avenir sportif, mais aussi pour nous autres », ajoute-t-elle.

D'autres ne sont pas encore de l'autre côté de la frontière, mais projettent d'y déménager prochainement. C'est le cas de Maude Bélanger, 30 ans, qui vit à Lorraine, sur la Rive-Nord de Montréal. Pleinement vaccinée, elle estime que, cette fois-ci, le gouvernement du Québec dépasse les bornes. 

« On est doublement vaccinés et on n'avait quand même pas le droit de voir nos familles, on ne pouvait pas sortir après 20 h », se souvient-elle au sujet du printemps dernier, en entrevue à Radio-Canada. 

« On trouvait que ce n'était pas une vie agréable, disons, surtout avec un petit bébé, on n'aimait pas ça, être coupés de notre cercle social », poursuit-elle, précisant qu'en mai dernier, son conjoint et elle ont acquis une maison en Floride. « On a eu plus de contacts avec notre famille et nos amis à l'étranger qu'ici, chez nous, au Québec! »

Photo : Maude Bélanger

Les avocats en immigrations reçoivent d'ailleurs de plus en plus de demandes de Québécois désirant s'expatrier.

« J'ai une hausse marquée de demandes de gens qui posent des questions sur les processus d'immigration vers les États-Unis », explique à Radio-Canada Maxime Lapointe, avocat spécialisé en droit de l’immigration.

« Le caractère unique en Amérique des mesures sanitaires actuelles au Québec semble motiver de plus en plus de gens à quitter la province », observe-t-il.

« Les gens ne veulent pas être vus comme des conspirationnistes, comme des "antivax". Les gens sont juste tannés des mesures », souligne de son côté Marie-Claude Plante, administratrice du groupe Facebook Jeunes familles québécoises en Floride.

« Il y a des personnes qui sont doublement vaccinées, triplement vaccinées [sur les groupes Facebook], mais qui ne sont pas d'accord avec le fait que le gouvernement continue à venir nous paterner », renchérit Mme Leslie.