Un ado de 14 ans blessé à Laval lors d'une fusillade ne pourra sans doute plus jamais marcher

Tous les détails à l'intérieur...

Ayoye

Un adolescent de 14 ans qui a été blessé gravement dans une fusillade qui s'est produite dimanche dernier à Laval pourrait ne plus marcher.

Sandrick Jorcelin, un adolescent originaire de Boston, au Massachusetts, revenait d'une fête lorsque la voiture de sa famille a été criblée de balles.

Carducci Chery, un ami de la famille, a expliqué à QUB que lorsque les tirs ont débuté, «Tout à coup, c’était comme s’ils étaient dans une guerre».

L'oncle de Sandrick, un homme de 28 ans nommé Junior Lemoyne Printemps, se trouvait au volant de la voiture et il a été tué dans la fusillade. La mère de Sandrick a été atteinte d'une balle au poignet, tandis qu'une autre personne qui se trouvait dans la voiture a aussi subi une blessure mineure.

Sandrick était installé sur la banquette arrière et une balle a atteint son abdomen. Ainsi, la balle a causé de graves blessures à son gros intestin, à l'un de ses poumons, en plus d'un rein qu'il a failli perdre.

Alors que Sandrick a dû passer plusieurs jours à l'hôpital Sacré-Coeur à Montréal, un policier lui a rendu visite jeudi matin. Lors d'un échange entre Sandrick et le policier, l'adolescent a confié avoir «presque abandonné». Le policier l'a félicité pour son courage en lui disant: «Tu es tellement fort».

L'adolescent a été transporté à Boston pour y être hospitalisé.

Selon M. Chery, il y a malheureusement de fortes chances pour que Sandrick garde des séquelles de cette attaque: «Il a encore une balle dans la colonne vertébrale. Les docteurs ne voulaient pas l’enlever, car ils ne savent pas s’il va rester paralysé.»

Au grand malheur de Sandrick, l'adolescent jouait pour une équipe de basketball et il devra probablement faire une croix sur la carrière qu'il souhaitait entreprendre.

Enfin, M. Chery a conclu en se demandant pourquoi Sandrick et sa famille avaient dû subir toute cette violence: «Je crois qu’il y a eu erreur sur la personne. Je ne crois pas que quiconque était impliqué dans quelque chose de malicieux [dans la voiture]. [...] On se rend définitivement compte que Montréal n’est plus ce qu’elle était. Qu’est-ce qui se passe là-bas?»